Politique qualité et gestion des risques

au Centre Hospitalier Etienne Clémentel

La démarche qualité

Depuis de nombreuses années, l’établissement a mis l’accent sur l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins apportés au patient, ainsi que sur la gestion des risques.
Cette volonté se traduit par l’existence d’une politique qualité et gestion des risques qui a été validée par les instances de l’établissement.

La démarche qualité de l’établissement est basée avant tout sur le respect des droits du patient tels qu’ils résultent de la loi du 4 mars 2002 (Loi du 2 Mars 2002) et qui sont résumés dans la charte de la personne hospitalisée (lien vers la charte).

Les droits et les devoirs du patients sont rappelés dans le contrat de séjour qui est proposé à chaque entrée. (Contrat de séjour)

Le CHEC,par l’intermédiaire de son personnel, a élaboré sa propre Charte de Bien traitance. (Charte de Bientraitance)

L’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins a pour objectif de placer le patient et son entourage au centre du dispositif de soins, en insistant tout particulièrement sur :

  • sa sécurité, grâce à des processus de prises en charge médicales et soignantes effectuées dans le cadre des bonnes pratiques et régulièrement évaluées,
  • le respect de sa dignité, et tout particulièrement de son intimité et de ses croyances,
  • l’accès à toutes les informations le concernant, dans le cadre d’une confidentialité maitrisée.

La politique d’amélioration de la qualité

Dans ce contexte global, la politique d’amélioration de la qualité du centre hospitalier se décline en cinq grands axes.
La pérennisation des démarches initiées dans le cadre des procédures de certification.
Il s’agit notamment, à travers toutes les instances de l’établissement, et tout particulièrement le COPIL (comité de pilotage qualité et gestion des risques) de sensibiliser tous les acteurs de l’établissement à la gestion des risques, de développer une culture qualité, de bâtir le programme d’assurance qualité et d’en assurer le suivi, de préparer les visites de certification et de mettre en suite en œuvre les recommandations de la Haute Autorité de Santé.
L’amélioration continue de la qualité et de la sécurité de la prise en charge
L’établissement répond aux préconisations de le HAS dans ce domaine, mais peut progresser dans les domaines de la réflexion éthique, de l’éducation pour la santé et du développement durable.
La poursuite du management des risques afin de sécuriser le séjour du patient
Cet axe comprend plusieurs volets :

  • Mettre en place le dossier patient informatisé, conformément aux préconisations de la HAS afin d’améliorer la sécurisation du circuit du médicament,
  • pérenniser le système de déclaration des événements indésirables et maintenir l’implication des professionnels dans cette logique déclarative,
  • développer les démarches d’analyses a priori des risques,
  • veiller à l’opérationnalité des vigilances sanitaires dans l’établissement. Les vigilances réglementaires qui sont suivies en interne sont l’infectiovigilance, placée sous la responsabilité du CLIN, la matériovigilance gérée par le pharmacien, de même que la pharmacovigilance. A côté de ces vigilances réglementaires, l’établissement souhaite mettre l’accent sur la sécurité des biens et des personnes et sur la vigilance alimentaire. Enfin, le centre hospitalier a mis en place l’identitovigilance
  • assurer l’opérationnalité des plans de crises et d’urgence. L’établissement dispose en effet d’un plan banc, en cas d’événement grave externe ou interne, le plan bleu en cas de canicule et le plan pandémie grippale.
  • assurer la veille réglementaire.

La poursuite de la démarche d’évaluation
La démarche d’évaluation revêt plusieurs aspects :

  • la réalisation d’audits internes visant à comparer les pratiques professionnelles de l’établissement à des référentiels nationaux et à en dégager des axes d’amélioration,
  • La construction, le suivi et l’analyse de divers indicateurs de gestion :
  1. le suivi des indicateurs nationaux obligatoires, notamment ceux qui concernent les infections nosocomiales, les indicateurs IQSS (indicateurs de qualité et de sécurité des soins),
  2. le suivi d’indicateurs relatifs à la gestion des risques, tels que les déclarations d’événements indésirables,
  • la construction et le suivi d’indicateurs spécifiques à l’établissement.
  • Le développement de la démarche d’évaluation des pratiques professionnelles,
  • La mesure de la satisfaction des usagers. Plusieurs vecteurs permettent de recueillir des éléments dans ce domaine : l’enquête permanente de satisfaction mesurée à travers les questionnaires de sortie, les enquêtes ponctuelles sur un thème précis comme la restauration, la prise en compte des plaintes et des réclamations des usagers.

Le développement de la communication
La communication interne est organisée pour informer les personnels des orientations stratégiques et des objectifs communs.
La communication externe est peu développée dans l’établissement et a justifié le travail sur la création du site internet que vous êtes en train de consulter.